Il n’y a pas que l’affaire Moix. L’intime suscite une féconde production littéraire. Mais au risque de certains règlements de comptes…

A vos plumes, prêts, tirez ! Comme les universités d’été des partis et les feuilles en automne, chaque rentrée littéraire charrie sa belle polémique. Depuis que Serge Doubrovsky a créé, en 1977, le néologisme « autofiction » pour qualifier son roman Fils, le genre n’a cessé de provoquer de jolies foires d’empoigne, jusqu’à envahir les prétoires. Qu’il relève de l’enfance ou des aventures amoureuses, qu’il désigne nommément ou non les protagonistes, le roman « familial » ne laisse jamais indifférents les « héros » d’un jour.

Aujourd’hui, c’est José Moix, outré par le rôle de tortionnaire que lui fait endosser son fils Yann dans Orléans (Grasset), qui a le premier déclenché la riposte. Hier, ce furent Elise Bidoit qui, se reconnaissant sous les traits de la manipulatrice Hélène du Marché des amants (Seuil, 2008) et des Petits (Flammarion, 2011) de Christine Angot, attaqua cette dernière devant les tribunaux, ou encore le père d’Edouard Louis, qui se porta en faux contre l’attitude familiale décrite dans En finir avec Eddy Bellegueule (Seuil, 2014). Il faudrait encore citer la prise de bec d’Emilie Frèche avec Séverine Servat de Rugy, l’ex-compagne de Jérôme Guedj et mère de son fils (Vivre ensemble, Stock, 2017), les démêlés de Simon Liberati avec sa belle-mère, Irina Ionesco (Eva, Stock, 2015), ou ceux de Nicolas Fargues avec son ex-épouse (J’étais derrière toi, POL, 2006). La liste est sans fin, tant les frontières entre réalité et fiction sont ténues.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici